RSS Hexaconso http://hexaconso.fr Contre les coups de soleil, le bikini connecté Made in France http://hexaconso.fr/actus/contrenlesncoupsndensoleil,nlenbikininconnectenmadeninnfrance/85/0 On connaissait la brosse à dent connectée, les lunettes connectées, la montre connectée ou encore les semelles connectées… Voici désormais le bikini connecté. Une start-up de Mulhouse a mis au point le premier maillot de bain qui alerte son propriétaire lorsque le soleil cogne trop fort. Un petit capteur d’ensoleillement amovible, placé sur le devant de la culotte, permet de mesurer le rayonnement des ultraviolets. L’information est ensuite transmise au smartphone ou à la tablette de l’utilisateur, qui aura auparavant renseigné son type de peau et son niveau de bronzage sur l’application dédiée. Munie de toutes ces données, l’application peut déclencher une « alerte crème solaire » en cas de besoin.

« L’idée m’est venue tout simplement, un jour où j’ai vu quelqu’un prendre un coup de soleil sur la plage », explique Marie Spinali, à la tête de Spinali Design. « Je me suis dit qu’après tout il existait bien des pots de fleurs qui préviennent quand les plantes ont soif, qu’il faudrait donc inventer quelque chose pour avertir quand le soleil tape trop fort » ajoute la jeune femme, qui espère vendre cette année un millier de ces bikinis 2.0.

Commercialisés depuis la mi-mai, les différents modèles de mains de bain, destinés uniquement aux femmes, ont un coût : 149 euros. Des produits hauts de gammes, confectionnés sur-mesure en France. Tous les modèles « sont réalisés à Mulhouse (France) avec du tissu italien » indique Spinali Design sur son site. « Les applications et le capteur sont réalisés en Alsace ». Puisque chaque modèle est fabriqué à la commande, il faut compter trois semaines avant de pouvoir arborer son nouveau bikini. Pas question de traîner si vous voulez rester branché cet été !

Source : www.ladepeche.fr

]]>
2015-06-10
Les tee-shirts "Les Républicains" Made in Bangladesh ! http://hexaconso.fr/actus/lesntee-shirtsn_lesnrepublicains_nmadeninnbangladeshn!/84/0 A peine créé, le nouveau parti "Les Républicains" se fait déjà piéger par des journalistes et internautes un peu "taquins" qui ont découvert que les tee-shirts au nouveau logo LR et en vente sur le site du parti provenaient du Bangladesh. Après avoir soutenu le Made in France, notamment pendant la campagne présidentielle de 2012, ça fait mauvais genre...

Les explications semblent un peu confuses également. Le Bangladesh aurait été préféré à une production française en raison des "délais" et des "impératifs économiques" du parti, selon les propos rapportés par l'hebdomadaire Marianne. «Mais les logos ont été imprimés en France», souligne-t-on.

Une explication cohérente, mais qui ne semble pas satisfaire tout le monde au sein du parti d'opposition, comme le prouve la version initiale du trésorier du parti, Daniel Fasquelle. «Ils sont bien gentils, mais s'il s'étaient renseignés comme je l'ai fait, ils sauraient que l'on ne fabrique tout simplement plus de tee-shirts en France», tacle-t-il ainsi. Avant d'affirmer que c'est «contraints et forcés, la mort dans l'âme, que (ses) fournisseurs et (lui ont) dû (se) tourner vers l'étranger». Et de déplorer un "défaut de compétitivité éffarant".

Le trésorier, qui a reconnu une réponse "incomplète", est finalement revenu mercredi soir sur son argumentaire initial pour rejoindre celui, plus officiel, des Républicains: «Mes équipes m'ont confirmé qu'il était impossible de trouver des tee-shirts ‘made in France' dans nos prix et nos délais avant le congrès. Nous allons reconstituer le stock de la boutique et j'ai demandé une réunion à ce sujet pour privilégier le ‘made in France'», jure-t-il même.

Au-delà du made in Bangladesh, vient se rajouter la réputation de la société qui a fourni au parti ces tee-shirts. So nom, Solo Invest ou encore Sol's, est en effet cité par deux fois dans des drames industriels importants au Bangladesh, avec plusieurs dizaines de personnes tuées dans des incendies ou effondrement d'usines. Certes rien d'aussi dramatique que l''effroyable affaire du Rana Plaza, ce fameux immeuble qui s’est effondré en 2013, emportant dans ses décombres plus de 1 100 ouvriers, mais quand même...

Reste que si vraiment ils le veulent, les équipes de LR devraient quand même pouvoir trouver des ateliers en France tout à fait capables de leur confectionner des tee-shirts estampillés "Made in France". Si si, il en reste !

]]>
2015-06-09
Enfin une Indication Géographique pour les produits artisanaux http://hexaconso.fr/actus/enfinnunenindicationngeographiquenpournlesnproduitsnartisanaux/83/0 Jusqu'à présent, seuls les produits alimentaires pouvaient bénéficier d'un label officiel garantissant leur provenance. Espadrilles de Mauléon, porcelaine de Limoges, parapluies d'Aurillac, vases d'Anduze, textile des Vosges... environ 200 produits pourront désormais bénéficier de la toute nouvelle Indication Géographique étendue aux produits manufacturés. Plus d'un an après la loi Hamon du 17 mars 2014, le décret est enfin paru. Carole Delga, la secrétaire d'Etat en charge du Commerce et de l'Artisanat, s'en félicite: "C'est une logique gagnant-gagnant pour le consommateur et l'entreprise car le label garantira le respect d'un certain procédé de fabrication et en fera la promotion. Il permettra notamment de se distinguer de la concurrence étrangère et de mieux lutter contre la contrefaçon".  

Pour avoir de droit d'apposer ce nouveau logo sur ses produits, les entreprises concernées devront se réunir autour d'un "organisme de défense et de gestion" et établir un cahier des charges commun établissant les règles à respecter pour obtenir l'IG. Il sera ensuite examiné par l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), organisme qui délivre notamment les certificats de brevets et noms de marques. Avant toute homologation, une enquête publique sera lancée pendant laquelle chacun pourra faire des remarques. L'INPI se réserve aussi le droit d'amender le cahier des charges s'il le juge nécessaire. "Un contrôle sera effectuée par un organisme indépendant", précise Carole Delga.

Une dizaine de regroupements de PME artisanales sont en cours et Bercy prévoit, à terme, la labellisation de quelque 200 produits manufacturés et ressources naturelles. "Cela prendre plus ou moins de temps car ça dépend de chaque territoire. Certaines entreprises auront plus de facilités à se rassembler que d'autres", explique Carole Delga. C'est notamment le cas pour les parapluies d'Aurillac. "Nous ne sommes plus que deux producteurs donc nous avons déjà pu commencer à travailler sur le cahier des charges", relate Matthieu Piganiol, directeur général de Piganiol, créée en 1884. 

Mais lorsque la concurrence est plus féroce, les collectivités locales montent parfois au créneau pour rappeler tout le monde à l'ordre. "Le problème à Mauléon c'est qu'il est impossible de réunir à une même table les 5 derniers fabricants artisanaux d'espadrilles", constate Michel Etchebest, le maire de cette petite commune de 3.300 habitants, nichée au coeur du pays Basque. Lui se bat pour trouver un compromis autour de l'IG, avec en ligne de mire de potentiels emplois sauvegardés et créés sur Mauléon. Le jeu en vaut bien la chandelle.

]]>
2015-06-05
Le Drômois Lafuma Mobilier se la coule douce avec Relax http://hexaconso.fr/actus/lendromoisnlafumanmobiliernsenlancoulendoucenavecnrelax/82/0 Pas question de se reposer sur ses lauriers pour Lafuma Mobilier. Depuis sa filialisation, l’activité mobilier extérieur du groupe repris par le suisse Calida a de nouvelles ambitions avec comme fer de lance, le Relax. Créé en 1959, ce fauteuil devait diversifier les activités de Lafuma, alors spécialisé dans le sac à dos.

Pliable, il était associé au camping et pouvait se glisser dans un coffre de voiture. Sans renier ses origines nomades, il est devenu un mobilier de jardin, avec ses tissus résistant aux UV, aux variations de température, à la pluie. Le lacet qui tend la toile a été remplacé par des clips brevetés maison sur certains modèles. Et des toiles matelassées ont renforcé la suprématie du Relax. Celui-ci représente près de 40 % des 650 000 produits sortis de l’usine d’Anneyron (Drôme), qui emploie 110 personnes.

"On peut être rentable en produisant en France"

Seule la production des toiles a été délocalisée en Tunisie, mais "une partie de la confection, des toiles matelassées notamment, est faite ici", remarque Arnaud Du Mesnil, le directeur général. Les fournisseurs sont surtout français et régionaux : les pièces plastiques proviennent de l’usine de Lallemand, autre filiale de Lafuma, dans l’Ain. Hormis le montage qui reste manuel, une grande partie des opérations a été automatisée. Le cintrage des tubes d’acier est effectué par des robots dans des îlots autonomes. Les tubes passent ensuite dans un tunnel de traitement de surface avant d’être peints dans deux cabines.

Tous les prototypes sont conçus dans un atelier attenant à l’usine dans des conditions réelles de production avant leur fabrication en série. "À Anneyron, on démontre que l’on peut être rentable en produisant en France", souligne Arnaud Du Mesnil. Le chiffre d’affaires de Lafuma Mobilier a progressé de près de 3 % en 2014, à 33 millions d’euros.

Vincent Charbonnier sur www.usinenouvelle.com

]]>
2015-06-01
Un mannequin de luxe pour le Made in France http://hexaconso.fr/actus/unnmannequinndenluxenpournlenmadeninnfrance/80/0 Depuis son départ du gouvernement, Arnaud Montebourg ne cesse d'explorer de nouveaux métiers. Retour sur les bancs de l'école dans un premier temps, lancement de sa société "Les équipes du Made in France", entrée au conseil de surveillance de l'enseigne Habitat, en pleine phase de relocalisation, et de la SSII Talan. Et maintenant, mannequin pour la marque de costumes pour hommes Smuggler.

L'ancien ministre du Redressement productif a en effet accepté de poser bénévolement pour le dernier costumier Made in France. Le shooting se serait passé, selon BFM Business, le mardi 26 mai dans les célèbres studios de l'agence Harcourt. Le style des photos devrait être plutôt léché et utiliser "l'élégance" de M. Montebourg qui symbolise, selon le patron de Smuggler, l'ADN de sa marque de costumes.

L'engagement d'Arnaud Montebourg pour le Made in France semble bien perdurer au-delà de ses mandats électifs.

]]>
2015-05-27