•Petitcollin


Zone Industrielle
55400 Etain

Site(s) de production : Etain (55)

Effectif : 14 emplois

Produits

Dernière fabrique française de baigneurs, poupons et poupées traditionnels encore en activité, Petitcollin est un des piliers et une des marques les plus emblématiques du patrimoine du jouet français. Tous les amoureux du jouet ancien ou contemporain, amateurs ou collectionneurs de tous les âges vouent à travers le monde une affection toute particulière pour Petitcollin qu'ils considèrent comme une marque de référence.

Enthousiastes, un public plus nombreux chaque jour visite les ateliers et assiste en direct à la naissance des véritables baigneurs Petitcollin. Ils constatent avec des yeux d'enfants ébahis que le "Made in France" chez Petitcollin signifie une existence et un savoir-faire séculaire.

Historique et savoir-faire

A l’atelier artisanal de fabrication d’articles de coiffure fondé à Etain par Nicolas Petitcollin vers 1860, succéda la première Société Petitcollin en janvier 1896. En 1900, les ateliers brûlèrent à la suite d’un violent orage et une nouvelle usine fut rapidement reconstruite. C’est à cette même époque que l’on commença à travailler le celluloïd dans la région d’Etain. En 1901, Gustave Petitcollin et un associé fondent la Société anonyme Petitcollin, qui, ayant pour but la fabrication de tout objet à base de celluloïd, produit des accessoires de coiffure.

Dès 1901, cette société va déposer pour la première fois la marque de la tête d’aigle. Cette tête d’aigle, devenue le symbole de la Maison Petitcollin, l’est toujours de nos jours.

On suppose qu’au plus tard en 1906 Petitcollin fabriquait déjà des jouets. En l’absence d’archives et de témoignages, les premiers jouets Petitcollin devaient être des balles et des hochets. Il semble que la fabrication des poupées ait démarré certainement courant 1912.

En 1914, l’usine et prospère, mais la guerre éclate. A l’Armistice de 1918, l’usine Petitcollin se trouve complètement détruite mais va renaître de ses cendres. Dès 1924, la production reprit à nouveau. Au long de l’entre-deux-guerres, la Société Petitcollin va devenir le fer de lance de l’industrie française du jouet. Entre 1924 et 1938 vont être réalisés les grands modèles de baigneurs en celluloïd, parmi lesquels le célèbre « Petit Colin » qui va devenir la première poupée destinée au plus grand nombre. Petitcollin, qui sera un des plus grands créateurs de baigneurs et de poupées, tant par la qualité que par la quantité, fut aussi l’un des principaux producteurs français de matières premières jusque dans les années cinquante, notamment de celluloïd. Le célèbre baigneur est toujours fabriqué à l’heure actuelle et détient certainement le record de longévité parmi les jouets sur le marché.

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, La Société Petitcollin avoisinait les cinq cents personnes. En 1939, la Seconde guerre mondiale éclate. Les ateliers d’Etain furent occupés, bombardés et finalement incendiés en 1944. Après l’Armistice de 1945, la fabrication reprend rapidement. En 1951, les usines et les ateliers d’Etain dépassent les six cent cinquante ouvriers et employés sans compter les salariés à domicile. La Compagnie du Celluloïd Petitcollin- Oyonnithe emploie plus de mille personnes à travers ses différentes usines.
 
Fin 1982, la Société du Jouet Petitcollin va déposer le bilan. Les salariés refusent une nouvelle fois d’être les victimes et choisissent d’investir leurs primes de licenciement dans le capital de la nouvelle S.A.R.L. Petitcollin qui parvient à poursuivre son activité en se tournant vers le créneau des articles et figurines publicitaires, dont, les célèbres Bibendum qui trônaient fièrement au sommet des cabines de camions naissaient à Etain. Fin 1994, le rideau tomba sur la plus ancienne usine de poupées françaises dans une indifférence quasi totale, bien qu’elle fut désormais la dernière fabrique de poupées à capitaux français.
 
A 400 kilomètres d’Etain, un industriel installé à Moirans en Montagne, capitale française du jouet, qui avait en une dizaine d’années à peine redonné vie à Vilac, vieille fabrique de jouets en bois créée en 1911, lança une bouée de sauvetage. Jouets Petitcollin fut créée en mars 1995. C'est désormais une filiale de Vilac S.A.S.
 
Petitcollin est à l’heure actuelle à la fois la plus ancienne et la dernière fabrique française de poupées encore en activité en France. L’usine Petitcollin est ouverte au public depuis 1998. A travers des visites commentées qui s’adressent à un public de tous âges et toutes origines, l’entreprise partage ainsi sa longue tradition de savoir-faire et son histoire sans équivalent. Un espace muséographique consacré à la marque, édifié par la Communauté de Communes du Pays d’Etain, a ouvert en septembre 2009.

Réalisation : Agence Multimedia Otidea