•Renault


13-15, Quai Le Gallo
92109 Boulogne-Billancourt

Site(s) de production : Douai, Maubeuge, Sandouville, Flins, Batilly

Effectif : 14274 emplois

Produits

Le Groupe Renault - Nissan possède 5 usines terminales en France, qui représentent un peu plus de 14 000 emplois. Ces usines effectuent les dernières opérations de fabrication, d'assemblage et de peinture des véhicules, qui partent ensuite directement dans le réseau de distribution. Les modèles assemblés au sein de ces 5 usines françaises sont les suivants (chiffres de septembre 2011 - source : Renault) :

  • Batilly - 2 423 emplois - Master II
  • Douai - 4 724 emplois - Mégane III coupé-cabriolet et Scénic III
  • Flins - 2 654 emplois - Clio III
  • Maubeuge - 2 160 emplois - Kangoo II et Kangoo II Express
  • Sandouville - 2 313 emplois - Espace IV et Laguna III (Berline, Estate et Coupé)

Dans le reste du monde, Renault possède également 16 autres usines terminales, qui fabriquent les Clio II et III, Mégane II et III, Modus, Twingo et Kangoo, mais surtout les Logan, Sandero et le Duster.
 
Ces trois derniers modèles, les Logan, Sandero et Duster, sont en effet les voitures "low cost" de la marque Dacia (achetée par Renault en 1999). Vendues à un prix très attractif, avec un équipement minimum, ces modèles rencontrent un vrai succès en Europe.

Sans compter que Dacia est entrée au troisième rang des voitures les plus fiables au monde, derrière les inusables japonaises (enquête "Que Choisir" janvier 2010). La Logan MCV break 5 et 7 places s'est même vue décerner la deuxième place dans la catégorie Familiale. Dacia est également la marque la moins onéreuse en entretien et réparation. Les français ne s'y sont pas trompé, puisque ces deux modèles (Logan et Sandero) ont largement bénéficié des primes accordées en France pour soutenir la filière automobile...
 
A noter également que le 4x4 de Renault, le Koléos, est fabriqué en Corée du Sud. Et Renault a lancé au printemps 2010 un 4x4 "low cost", le Duster, sous la marque Dacia. Celui-ci est fabriqué à Pitesti, l'usine roumaine du groupe.

Les autres sites industriels du groupe, qui fournissent pièces et sous-ensembles à ces usines terminales, sont au nombre de 6 en France (un peu moins de 8 000 emplois), et une dizaine dans le reste du monde.

Concernant la future Clio IV, Renault aurait appremment fait un peu marche arrière. Initialement prévue en Turquie, sa fabrication devrait plutôt être partagée entre Bursa (Turquie) et Flins, et la version sport Clio IV R.S. devrait démarrer début 2012 à Dieppe (usine Alpine Renault). 

Mais l'événement marquant de 2012 chez Renault est la mise en service à Tanger (Maroc) d'une usine géante ultra moderne. Entièrement dédiée à la marque Dacia, elle pourra produire jusqu'à 400 000 véhicules à l'année destinés à 85 % à l'export, principalement en Europe. Le site produira notamment le Lodgy, monospace low-cost vendu à partir de 10 000 euros (qui viendra concurrence le Scénic, vendu au moins deux fois plus cher), un utilitaire à bas coût de type Kangoo, et la future remplaçante de la Logan. L'ambition de Renault est de faire de ce site le plus performant du groupe, avec des coûts de fabrication encore inférieurs à ceux du site roumain de Pitesi : le salaire mensuel net d'un ouvrier est inférieur à 250 euros net par mois au Maroc, contre 446 euros en Roumanie... Et un accès au marché européen encore plus facile grâce au tout nouveau port Tanger Med.  

Renault semble donc s'orienter résolument vers le marché low-cost, ce qui bien sûr ne manque pas d'inquiéter les usines françaises, parce qu'on peut se demander légitimement ce qui va bien pouvoir leur rester... Et bien, tous les véhicules électriques (même pas hybrides, non, entièrement électriques), pardi ! Ceux dont Carlos Ghosn parie qu'ils représenteront 10% du marché mondial à horizon 2020. Le problème est qu'il est le seul à faire ce pari, et qu'aucun chiffre ne vient étayer ses prévisions. Mais ce qui est sûr, c'est que si le tout électrique ne marche pas, il aura une excuse en or pour fermer les quelques usines françaises qui auront été spécialisées sur ce marché... (cette analyse n'engageant qu'Hexaconso, et éventuellement ceux qui pourraient y souscrire).

Réalisation : Agence Multimedia Otidea